Micheline Laudun DENIS, une grande histoire de vie avec la musique

Micheline Laudun DENIS a étudié le piano dès son jeune âge. Elle est une grande amoureuse de la musique.

De son nom complet Marie-Anne Mecheline Laudun DENIS, née par un beau soleil d’été le 2 Juillet 1930 à P-au-P , Haiti. Ses parents sont; Jeanne Gabriel,sa mère et, Félix Laudun, son père.Elle est fière d’avoir eu pour parrain l’illustre Dr. Jean Price Mars et pour Marraine, la brillante éducatrice, Georgette Pétrus.

Micheline a une grande histoire de vie avec la musique. Toute petite dans le cadre familial, elle pratique déjà la musique avec son père sous la direction des professeurs talentueux comme Lina Mathon Blanchet et Werner Yaegerhuber auprès de qui elle se familiarise avec les éléments représentatifs de sa culture originelle (chants, danse, Rythme), en même temps qu’elle est initiée aux techniques de l’art musical et à l’histoire de la musique occidentale.

Boursière du gouvernement américain à l’âge de 16 ans, elle poursuit des études à New York collège of music. Deux(2) ans plus tard, elle bénéficie de nouvelles bourses de l’Alliance française et du gouvernement haïtien, elle sera pendant six(6) années élève du Conservatoire National de Musique de Paris puis de l’école de Haut Perfectionnement musical Marguerite Long – Jacques Thibaut. Revenue en Haıẗi, Micheline se marie et alors qu’elle jouit de la grâce d’être mère, une nouvelle bourse du gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne lui est octroyée pour suivre des classes de Maîtres aux Conservatoires de Musique de Munich et Stuttgart.
Sous l’égide de l’Organisation des Etats Américains ( O.E.A.) elle effectue des tournées de concerts d’abord à la salle des Amériques à Washington puis en Amérique du Sud : Colombie, Argentine, Chili, Brésil, Vénézuela ; en Amérique centrale : Puerto Rico, République Dominicaine. Elle se produit encore à l’Université d’Atlanta, à New York, Buffalo sous la bannière d’Associations Culturelles Haïtiano-Américain. À l’invitation du Président L.S. Senghor notre pianiste eut également à se produire à Dakar et à Saint –Louis du Sénégal.
En Haïti, elle s’est partagée entre sa vie familiale, ses récitals, enseignement de la musique, concerts de musique de chambre ou en soliste avec orchestre et a consacré une bonne partie de son temps à sa passion de l’enseignement de la musique…

Veuve de Raoul Denis depuis 5 ans, après 60 ans de vie conjugale, le couple a eu quatre (4) enfants dans l’ordre qui suit; Sibylle (de l’orthographe grecque ,ainsi écrit) musicienne et ‘’Désigner’’de bijoux, Raoul jr( dit:Tira )musicien ,compositeur et arrangeur, Pascale, Éducatrice musicale, Maksaens, musicien-vidéo -plasticien.
Elle vit l’expérience d’être maman merveilleusement bien jusqu’à ce jour. Ils ont tous été désirés, donc, bienvenus dans la joie, l’amour,l’esprit de l’union familiale, la confiance, et le respect d’autrui.
“Aujourd’hui, je suis choyée par mes enfants et leurs conjoints, autant qu’ils vénèrent fidèlement la mémoire de leur père” dit-elle.

Et dans une entrevue accordée à la rubrique Femme extraordinaire à découvrir, Micheline a partagé de merveilleux petits détails sur elle comme suit.

RFEAD: Quelle est votre plus grande passion et comment vous la vivez?

Micheline DENIS: De passions, j’en ai plusieurs : L’amour passionné vécu avec mon époux Raoul Denis—( que j’avais d’ailleurs choisi dès l’âge de 12 ans,dès la 1ère fois que je l’apperçus ) Cet amour fait d’amitié , de camaraderie, du partage de notre passion commune pour la musique, nous a unis et comblés de Bonheur à la venue de nos enfants.

RFEAD: Dites-nous un peu sur la femme entrepreneure que vous êtes?

Micheline DENIS: Je ne suis pas une femme entrepreneure, du moins au sens courant…commercial ou en formation de société etc, mais je pratique encore ma passion de
l’enseignement de la musique à tous ceux qui viennent à moi qu’ils aient les moyens économiques de me verser les émoluments dûs,ouPas., le plus important est de partager mes connaissances avec ceux qui en ont le désir.

RFEAD: Quelle est la plus grande leçon que la vie vous a apprise? Qui êtes vous aujourd’hui?
Quelle est votre plus belle expérience (personnelle ou professionnelle) dans la vie ? Êtes vous pleinement satisfaite de la personne que vous êtes aujourd’hui?

Micheline DENIS: La plus grande leçon apprise de la vie, C’est celle d’avoir vécu 8 années seule à l’étranger pour mes études et dans différents pays. J’ai appris à m’adapter aux mœurs et coutumes, aux différentes
cultures,dans une discipline assez rigoureuse . (De 16 ans à 24 ans).

— Qui sui-je aujourd’hui? Cette grande leçon de la vie m’a faite ce que je suis. Elle m’apprit l’humilité, la modestie, la compréhension et le respect de mon prochain quel qu’il soit.

— Ma plus belle expérience est; Le respect de ma discipline de travail, la patience, la générosité du partage.

— L’argent, la poursuite du gain, n’a jamais été ma priorité.
Le snobisme… je déteste.
Le ‘’m’as-tu vu ?’’N’existe pas chez moi.
Le culte du BEAU, est encore ma passion
viser toujours vers l’excellence dans toute ce que l’on fait est la devise de notre famille.

RFEAD: Quel est votre plus grand rêve?

Micheline DENIS: Je crois l’avoir déjà bien obtenu et même au-delà, par les Grâces que Dieu m’a faites d’avoir pu réaliser l’idéal de vie dont j’avais rêvé ( mariée à 25 ans ).

RFEAD: Quel est votre message pour la jeunesse haïtienne,particulièrement les jeunes femmes ?

Micheline DENIS: À tous les jeunes de mon pays, je dirais de chercher à se connaître d’abord soi-même pour se fixer un ideal de leur vie future à partir duquel ils poursuivront cet objectif, franchiront les obstacles, traverseront les épreuves avec la détermination d’arriver à satisfaction. Se donner coûte que coûte l’instruction, l’éducation sociale et civique et s’intéresser à la culture (Artistique, littéraire,
scientifique etc selon leurs goûts ou talents) mais ne pas s’en tenir a leur seule spécialisation. Autrement dire: S’enrichir l’esprit , soigner leur langage, leur façon de parler, bien étudier la langue qu’ils veulent parler. Apprendre à bien parler ,lire et écrire le créole, comme toute autre langue. Ne pas mélanger les mots créoles avec ceux du français. Nos jeunes devraient apprendre à s’exprimer et à converser avec aisance et non pas a baragouiner’’ avec trop de gestes des mains.

Aux jeunes gens je dirais de savoir respecter les femmes, d’être courtois.
Aux jeunes filles je dirais d’être toujours belles et soignées depuis le réveil -c’est une habitude disciplinaire à se donner,quand on vise au mariage surtout… cependant, attention à la coquetterie exagérée !!!!! À elles aussi je recommande le respect de soi-même… À tous les jeunes de mon pays, je demande de penser à l’honneur de leur parents et de leur pays.
Femmes haïtiennes, mariées ou célibataires,vous êtes le’’poto-mitan’’ de votre foyer , de votre famille. Le respect mutuel et la confiance entre époux sont les assurances du bonheur conjugal autour de l’amour. L’honneur de votre pays repose également sur vous. À celles qui ne sont pas encore mariées, je dirais de prendre le temps de bien connaître le partenaire de votre choix :Qualités, habitudes, faiblesses ou défauts. Qu’il apprenne aussi à bien connaître les vôtres chassez l’égoïsme de votre coeur et si vous souhaitez ,l’un ou l’autre , placer quelques conditions de comportement, faites-le, AVANT de convoler, ceci quand on est d’éducation ou de religion différentes.
Ayez des principes de moralité et de respect des valeurs qui font de bons citoyens du monde. Et si vous avez des enfants, faites votre possible pour qu’ils aient une belle enfance.
Par mon grand âge, c’est la somme de mes expériences et la belle vie qu’il m’a été donné de vivre que je me suis permis de vous parler ainsi. Et si quelques détails de ma personne pourraient vous être utiles comme modèle, j’en serai ravie.

Je terminerai en vous disant encore : qu’ayant entretenu de bons rapports avec mes collègues professeurs de musique en Haïti comme ailleurs,c’est ainsi que je fus appelée à Présider le jury du dernier Concours National de piano à Santo-Domingo, en Novembre 2020.
Moi, une haïtienne.!!!!!!.

Celle-ci est la rubrique hebdomadaire “FEMME EXTRAORDINAIRE À DÉCOUVRIR” publiée tous les jeudis sur la page Facebook de l’Association Enfance et Jouvence et le site Koolbae.com pour la découverte ou la redécouverte d’une personnalité féminine Haïtienne qui, au quotidien, œuvre dans différents domaines pour faire bouger le monde.

Entrepreneures, artistes, Coachs de motivation, Femmes politiques…nombreuses sont elles à contribuer activement à l’évolution de la femme dans la société.

Rendre le mérite à toutes les Femmes Haïtiennes à travers cette rubrique pour leur positivité, leur courage telle est notre devise!

Mardochée BIJOUX
Présidente Fondatrice
Association Enfance et Jouvence

Contactez-nous:
associationejht23@gmail.com
(509) 3809-2901/(849) 330-2672
https://www.facebook.com/associationenfanceetjouvence/